Processus Films outils

La philosophie de travail pour la réalisation de nos films outils repose sur une volonté de co-construction entre les partenaires et le CVB, à toutes les étapes de réflexion, de contenu et de forme, afin de garantir la qualité finale du projet et son potentiel d'utilisation.

Les films outils sont construits dans un processus d'éducation permanente qui permet de libérer la parole, de mobiliser les intelligences citoyennes, de stimuler des initiatives individuelles et collectives et d'exercer ses droits sociaux, culturels, environnementaux et économiques.

Étapes et enjeux

le processus de réalisation

* implication des publics, usagers des associations et professionnels du champ d’action ;
* aller/retour avec le public pour une approche du sujet la plus cohérente possible avec les problématiques vécues ;
* travail avec le public autour de la narration, de la structure et du montage.

la forme de l’outil (langage audiovisuel)

* rendre la complexité du sujet traité ;
* rendre tangible par le langage audiovisuel différents points de vue liés au sujet ;
* adapter la forme de l’outil aux usages souhaités.

la promotion et diffusion de l’outil - mise en avant de la thématique, du processus et/ou de la forme

* lors de rencontres avec de potentiels partenaires ;
* lors de rencontres / formations avec des professionnels du secteur socio-culturel ;
* lors de l'accueil des publics.

Notre outil, notre moyen d'action principal est l'outil vidéo. Mais ce qui fait notre singularité et qui donne à cet outil toute sa puissance comme processus d'éducation permanente est son utilisation dans une démarche documentaire. En effet, la forme documentaire impose aux personnes qui la pratiquent (participants aux ateliers, associations partenaires) de regarder et d'interroger la complexité du réel d'un endroit bien précis, celui « d'où ils parlent », celui « d'où ils se situent » dans la société. Cela oblige donc à se pencher sur soi-même, sur son groupe d'appartenance et à partir de là, de comprendre ce qui fait lien avec le monde extérieur ainsi que les mécanismes de ce monde en mouvement.

La forme documentaire invite également le spectateur non pas à penser le monde comme réductible à un point de vue unique et dominant mais bien à embrasser toute la complexité de celui-ci, puisqu'à chaque fois, c'est d'un endroit bien particulier, celui d'où l'on parle, et donc à chaque fois différent qu'il regarde ce monde.